Passer un enfant d’un berceau à un lit est une grande étape importante et excitante. Qui n’aime pas choisir de nouveaux meubles et  une nouvelle literie ? Aussi passionnant que ce soit, il est important que la transition soit gérée avec précaution afin que son sommeil ne subisse pas d’effet négatif. Beaucoup de parents se pressent de passer leur enfant à un lit « de grand », puis se retrouvent aux prises avec des complications à l’heure du coucher et des réveils nocturnes.

Cette étape peut être et sera une expérience positive pour votre famille si elle est gérée correctement. Je vais vous partager ici mes conseils afin de vous préparer au mieux à ce changement et que vous puissiez ainsi être assurés que votre petit est prêt pour le changement.

Tout d’abord, demandez-vous s’il est assez mature pour supporter la liberté.La règle d’or est d’attendre qu’il ait au moins 3 ans, si vous voulez le faire plus tôt, attendez au grand minimum 2 ans et demi et ne le faites pas avant. Avant 2 et demi, il ne dispose pas du contrôle de ses impulsions et de la compréhension nécessaires afin de se retenir de se lever du lit au coucher. En le déplaçant trop tôt, vous allez attendre de lui un comportement qu’il n’est pas capable d’adopter.

L’exception à la règle est s’il escalade son lit à barreaux et que cela pose un problème de sécurité. Même dans ce cas, j’épuiserais avant toutes les chances de l’empêcher de sauter de son berceau avant de recourir à un lit. Voici les tentatives que je vous propose :

  • Utilisez une gigoteuse pour qu’il ne puisse pas lever la jambe et donc escalader les barreaux. Vous pouvez même la mettre à l’envers pour qu’il ne puisse pas l’enlever.
  • Si le berceau dispose d’un côté plus haut que l’autre, tournez le de telle sorte que le côté le plus haut soit face à la sortie.
  • Abaissez le matelas au plus bas (cela peut paraître évident mais avec la fatigue, on peut oublier d’y penser).
  • Utilisez un baby phone à double émetteur afin de pouvoir le voir lorsqu’il tente d’escalader et lui faire savoir.

Y at-il assez de stabilité dans la vie de mon enfant ? Lorsqu’un enfant vit des changements importants, tels qu’un déménagement, l’arrivée d’un petit frère ou une nouvelle crèche/ école, il est préférable de ne  bousculer encore plus ses habitudes et rituels en maintenant un sentiment de sécurité. Il va sans dire que cela inclut la routine du coucher. Trop de changements à la fois peuvent lui donner un sentiment d’insécurité pouvant conduire à des comportements souvent mal interprétés comme un mauvais comportement, alors qu’en réalité, votre enfant essaie simplement de tester vos limites ou d’attirer votre attention, bonne ou mauvaise. Si vous attendez un bébé et que votre enfant a plus de 2 ans et demi, je vous recommanderais de le passer dans un lit environ 8 semaines avant la date présumée de votre accouchement. D’ici là, il aura eu le temps de s’adapter à son nouvel environnement de sommeil avant l’arrivée du bébé. S’il a moins de 2 ans et demi, laissez-le dans son berceau, même si vous envisagez de l’utiliser pour le nouveau bébé. Vous pouvez toujours acheter un berceau d’occasion pour votre nouvel enfant en attendant que le plus grand soit prêt à changer de lit.

Est-ce que mon enfant dort bien? S’il éprouve des difficultés à s’endormir et à le rester dans son berceau, son transfert dans un lit risque d’aggraver la situation et cette situation est bien trop commune. Au lieu de le mettre dans un lit, réglez ses problèmes actuels tant qu’il se trouve encore dans son berceau et que les choses sont plus simples à gérer ainsi. Les barreaux sont une limite physique qui lui procurent une certaine sécurité. De plus, si votre enfant a des problèmes de sommeil, il est très probable qu’il ait accumulé une dette de sommeil, ce qui le rend surement grincheux et incapable de faire face à de tels changements.

J’espère que cette liste de conseils vous aidera à faire en sorte que le passage dans un lit se passe au mieux. Une fois qu’il sera prêt, la transition sera vécue comme une expérience amusante pour toute la famille. Si malgré ces conseils vous rencontrez des difficultés ou avez des questions, vous pourrez toujours me contacter : contact@fannylacledessonges.fr/ 06 78 78 59 43.

Passer un enfant d’un berceau à un lit est une grande étape importante et excitante. Qui n’aime pas choisir de nouveaux meubles et  une nouvelle literie ? Aussi passionnant que ce soit, il est important que la transition soit gérée avec précaution afin que son sommeil ne subisse pas d’effet négatif. Beaucoup de parents se pressent de passer leur enfant à un lit « de grand », puis se retrouvent aux prises avec des complications à l’heure du coucher et des réveils nocturnes.

Cette étape peut être et sera une expérience positive pour votre famille si elle est gérée correctement. Je vais vous partager ici mes conseils afin de vous préparer au mieux à ce changement et que vous puissiez ainsi être assurés que votre petit est prêt pour le changement.

Tout d’abord, demandez-vous s’il est assez mature pour supporter la liberté.La règle d’or est d’attendre qu’il ait au moins 3 ans, si vous voulez le faire plus tôt, attendez au grand minimum 2 ans et demi et ne le faites pas avant. Avant 2 et demi, il ne dispose pas du contrôle de ses impulsions et de la compréhension nécessaires afin de se retenir de se lever du lit au coucher. En le déplaçant trop tôt, vous allez attendre de lui un comportement qu’il n’est pas capable d’adopter.

L’exception à la règle est s’il escalade son lit à barreaux et que cela pose un problème de sécurité. Même dans ce cas, j’épuiserais avant toutes les chances de l’empêcher de sauter de son berceau avant de recourir à un lit. Voici les tentatives que je vous propose :

  • Utilisez une gigoteuse pour qu’il ne puisse pas lever la jambe et donc escalader les barreaux. Vous pouvez même la mettre à l’envers pour qu’il ne puisse pas l’enlever.
  • Si le berceau dispose d’un côté plus haut que l’autre, tournez le de telle sorte que le côté le plus haut soit face à la sortie.
  • Abaissez le matelas au plus bas (cela peut paraître évident mais avec la fatigue, on peut oublier d’y penser).
  • Utilisez un baby phone à double émetteur afin de pouvoir le voir lorsqu’il tente d’escalader et lui faire savoir.

Y at-il assez de stabilité dans la vie de mon enfant ? Lorsqu’un enfant vit des changements importants, tels qu’un déménagement, l’arrivée d’un petit frère ou une nouvelle crèche/ école, il est préférable de ne  bousculer encore plus ses habitudes et rituels en maintenant un sentiment de sécurité. Il va sans dire que cela inclut la routine du coucher. Trop de changements à la fois peuvent lui donner un sentiment d’insécurité pouvant conduire à des comportements souvent mal interprétés comme un mauvais comportement, alors qu’en réalité, votre enfant essaie simplement de tester vos limites ou d’attirer votre attention, bonne ou mauvaise. Si vous attendez un bébé et que votre enfant a plus de 2 ans et demi, je vous recommanderais de le passer dans un lit environ 8 semaines avant la date présumée de votre accouchement. D’ici là, il aura eu le temps de s’adapter à son nouvel environnement de sommeil avant l’arrivée du bébé. S’il a moins de 2 ans et demi, laissez-le dans son berceau, même si vous envisagez de l’utiliser pour le nouveau bébé. Vous pouvez toujours acheter un berceau d’occasion pour votre nouvel enfant en attendant que le plus grand soit prêt à changer de lit.

Est-ce que mon enfant dort bien? S’il éprouve des difficultés à s’endormir et à le rester dans son berceau, son transfert dans un lit risque d’aggraver la situation et cette situation est bien trop commune. Au lieu de le mettre dans un lit, réglez ses problèmes actuels tant qu’il se trouve encore dans son berceau et que les choses sont plus simples à gérer ainsi. Les barreaux sont une limite physique qui lui procurent une certaine sécurité. De plus, si votre enfant a des problèmes de sommeil, il est très probable qu’il ait accumulé une dette de sommeil, ce qui le rend surement grincheux et incapable de faire face à de tels changements.

J’espère que cette liste de conseils vous aidera à faire en sorte que le passage dans un lit se passe au mieux. Une fois qu’il sera prêt, la transition sera vécue comme une expérience amusante pour toute la famille. Si malgré ces conseils vous rencontrez des difficultés ou avez des questions, vous pourrez toujours me contacter : contact@fannylacledessonges.fr/ 06 78 78 59 43.